Jeunes Publics 

« L’Etrange, l’Etranger »
Les séances des tout petits !

Coucou nous voilà ! (2014), de Jessica Lauren - 32 minutes
Conseillé pour : Petite section / Moyenne section
 
Les huit histoires de ce programme abordent chacune un thème différent en lien avec la vie réelle : faire du bricolage, se mettre en colère, se perdre au supermarché, faire des gâteaux chez sa mamie…
Ce programme est une aide à la mise en mot des émotions, expression indispensable à la construction d’une base affective solide. Et  pour reprendre les mots de Françoise Dolto, il aide à dire aux enfants les vérités qui les concernent (selon Danielle Persico, médecin-pédiatre à Valence). Le film se veut en effet une œuvre à destination des plus jeunes, à partir de 2 ans, afin de les ouvrir au monde et au cinéma.

Didactique et un brin philosophique, Coucou nous voilà  aborde avec une note d'humour les thématiques de la vie quotidienne, les soucis, les inquiétudes et la violence auxquels les tout-petits sont confrontés. (Les fiches du cinéma).

Petites casseroles (2015) d’Uzi Geffenblad et Conor Finnegan - 41 minutes
Conseillé pour : Petite section / Moyenne section
 
Un programme de six courts métrages d'animation.
«Les Cadeaux d'Aston». Aston, impatient de fêter son anniversaire, met tout ce qu'il trouve dans des paquets.
«Peur de voler». Dougal est un canard, mais il ne sait pas voler.
«La Petite Casserole d'Anatole». Anatole traîne partout une petite casserole qui l'empêche d'avancer.
«La Taupe au bord de la mer». Une petite taupe ne parvient pas à passer un moment tranquille à la plage.
«La Promenade d'un distrait». La promenade de Giovanni, un garçon distrait, devient une aventure.
«Les Agneaux». Les parents d'un petit agneau sont désespérés car celui-ci ne bêle pas correctement.
Les héros de ce programme ont un point commun : ils doivent tous surmonter une difficulté, apprivoiser leurs petites casseroles, physiques ou invisibles... Avec courage et humour, nos héros vont trouver le moyen de dépasser leurs peurs ou leurs singularités qu’ils trainaient comme des petites casseroles.

Ce programme de courts métrages est un hommage à l’enfance, une ode à la tolérance et à l’acception de la différence.

Ernest et Célestine (2012) de Benjamin Renner 76 minutes
Conseillé pour : Grande section / CP
 
Avec les voix de Lambert Wilson et Pauline Brunner.
Adaptation de la série de livres pour enfants écrits par Gabrielle Vincent.
 
Célestine, une jeune souris, a grandi dans le monde souterrain des rongeurs. Comme beaucoup de ses semblables, elle est destinée à devenir dentiste. Mais Célestine a d'autres ambitions. Pour échapper à la carrière qu'on veut la voir embrasser, elle choisit de gagner la surface, endroit craint par les souris car y vivent les ours.
Là, tombée dans une poubelle, elle manque de se faire dévorer par Ernest, un ours affamé. Célestine ne se laisse pas faire et, peu à peu, une amitié se noue entre le plantigrade, qui rêve d'exprimer son tempérament artistique, et la souris, qui s'installe chez lui...

Les enfants ne seront pas les seuls à savourer ce délicieux dessin animé. Sa verve rigolote et poétique séduira toutes les générations. C'est l'écrivain Daniel Pennac qui a adapté la célèbre série de livres pour enfants de Gabrielle Vincent. Le sujet n'est pas simplement « mignon » : il traite de l'anticonformisme, des problèmes de coexistence entre communautés. Beau plaidoyer en faveur de la tolérance, Ernest et Célestine évite la mièvrerie. Les situations, fantaisistes et piquantes, débordent d'inventivité  (Cécile Mury, Télérama).

Le chien jaune de Mongolie (2005), de Byambasuren Davaa - 92 minutes
Drame avec Batchuluun Urjindorj, Buyandulam Daramdadi, Nansal Batchuluun.
Conseillé pour : Grande section / CP /CE1
 
Nansa, 6 ans, quitte l'école de la ville pour aller rejoindre sa famille de bergers nomades dans la steppe de Mongolie. Elle retrouve son frère, sa sœur et son père, qui est en train de dépecer un mouton tué par le loup. La fillette aide sa mère à ramasser les bouses, seul combustible pour allumer le feu, quand elle entend des bruits venant d'une grotte. Elle y découvre un chiot qui s'attache à ses pas. Quand elle revient dans la yourte familiale, son père craint que la présence du petit chien n'attire les loups. Le lendemain, il part en ville pour y vendre des peaux. Il oblige sa fille à se débarrasser de l'animal avant le soir...

Le chien jaune de Mongolie est un beau conte poétique, une véritable évasion vers les paysages verts de la Mongolie. Film agréable, beau et simple, il nous fait découvrir la vie quotidienne de la famille nomade de Mongolie. On y voit aussi la famille nomade confrontée au grand changement social lié à la l’urbanisation. La réalisatrice réussit à déjouer les pièges du folklore et de l'exotisme pour livrer un film chaleureux et vivant, où chaque détail, de l'espièglerie des enfants à la tendresse de leurs parents affairés, acquiert une portée universelle (Cécile Mury, Télérama).


« L’Etrange, l’Etranger »
Les séances pour les plus grands !

Tout en haut du monde (2016) de Rémi Cha - 80 minutes
Conseillé pour : CE1 /CE2 / CM1 / CM2
 
A la fin du XIXe siècle, en Russie, Sasha, issue de l'aristocratie, est une adolescente intrépide et rebelle. Alors qu'elle étouffe dans une vie faite de conventions, la jeune fille, passionnée par les exploits de son grand-père disparu au cours d'une expédition maritime, décide de se lancer sur ses traces. Son balluchon fait, elle traverse le pays en train, dans l'espoir d'embarquer sur un bateau qui lui permettra de retrouver le navire de son grand-père, coincé dans les glaces du pôle Nord. Mais, sans ressources et sans contact, elle commence par déchanter, avant d'être recueillie par une aubergiste qui accepte de l'employer un temps...

Tout en haut du monde reçoit un excellent accueil de la part de la presse française. Au moment du festival d'Annecy 2015, Stéphane Dreyfus remarque dans La Croix que «La force de son souffle emporte le film de Rémi Chayé vers des latitudes cinématographiques rarement atteintes dans le cinéma d’animation français» et compare le film au roman Michel Strogoff de Jules Verne en matière de puissance évocatrice.

Ma vie de courgette (2016) de Claude Barras -70 minutes Conseillé pour : CM1 / CM2
 
Ce film d'animation permet d'aborder en classe avec délicatesse des sujets tels l'amitié, l'amour, la fraternité, l'entraide, la maltraitance, etc.…
Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas, même, à être heureux…

Le film Ma vie de Courgette exprime avec force l’ambivalence de l’enfance. C’est une période d’apprentissage et de découverte des règles de vie en commun. Le film traduit des émotions fortes, négatives ou positives. Il souligne l’importance de l’amitié et de l’amour dans le processus de reconstruction. Le film montre comment, pour vivre ensemble, il faut adopter des valeurs (fraternité, solidarité, entraide) qui permettent de se sentir membre d’une collectivité.

Persepolis (2007) de Marjane Satrapi, Vincent Paronnaud - 95 minutes
Conseillé pour : CE2 /CM1 /CM2
 
A Téhéran, en 1978, Marjane, 8 ans, vit dans une famille aux opinions libérales. Très proche de sa grand-mère, elle tente de comprendre les événements et suit la révolution islamique qui se termine par la chute du régime du Chah. Tout change pour elle et pour sa famille : Marjane est obligée de porter le voile et s'imagine un destin de révolutionnaire. D'autres bouleversements tragiques surviennent avec la guerre contre l'Irak. Dans le pays, la répression devient toujours plus sévère. Les années passent. Marjane part en Autriche pour ses études...

Gros succès mérité pour cette adaptation des quatre albums composant Persepolis, dessinés par Marjane Satrapi (…) On suit l'itinéraire d'une jeune fille de ses 8 à 18 ans, qui prend conscience, peu à peu, que l'intolérance est toujours liée à la bêtise et à l'ignorance » (Pierre Murat, Télérama).

Le vieil homme et l’enfant (1967) de Claude Berri - 90 minutes
Comédie dramatique avec Michel Simon, Alain Cohen, Charles Denner.
Conseillé pour : CM1 /CM2
 
Dans la région de Grenoble, en pleine Seconde Guerre mondiale. Un couple de retraités mène une vie
aussi paisible que morne, tout juste rythmée par la radio, qui donne régulièrement des nouvelles du front. Considérablement influencés par la propagande gouvernementale, les deux vieillards ont la phobie des Juifs, des Américains et des Anglais. Mais un beau jour, leur fille leur confie la garde d'un petit réfugié parisien. Ils ignorent que l'enfant, Claude, est juif et le traitent immédiatement comme leur petit-fils. Méfiant tout d'abord, l'enfant sympathise bientôt avec ses nouveaux tuteurs...

Comme l'enfant, poseur de gênantes questions, Claude Berri montre les contradictions de l'époque, par une maïeutique tendre et efficace (…).Inspiré, dit-on, par ses propres souvenirs, le cinéaste donne à sa chronique les teintes du quotidien, s'interroge sur le divorce entre être humain et fantoche politique, mais veut croire, à travers cette lumineuse histoire, à la force des sentiments. (Cécile Mury, Télérama)



Cette programmation reste soumise à une réserve définitive des droits de diffusion

© Compiègne - Festival du Film de Compiègne
Edition 2017 - Programme - Jeunes Publics - Le Festival - Publications - Vidéos - Partenaires - Contacts