Jeune public 

«La guerre…et après ?»

N’hésitez pas à nous communiquer votre intérêt pour une séance dès à présent !
 
· Téléphone au 03 44 40 73 41
· Mail à l’adresse aurelie.heseque@mairie-compiegne.fr
La clôture des inscriptions est fixée au 19 septembre 2018.
 
Nous avons mentionné à titre indicatif les niveaux du jeune public à qui les programmes peuvent s’adresser. Bien entendu, les enseignants décident par eux-mêmes le choix des films pour leurs classes.
 
Les projections réservées aux scolaires se dérouleront dès le jeudi 8 novembre 2018.
Elles auront lieu dans différents lieux culturels (Espace Jean Legendre, Bibliothèque Saint-Corneille, Espace Dagobert, etc).
 
Prix d’entrée 2€ par élève et par film.

Les séances des collégiens

Adama (2015) film d’animation de Simon Rouby (85 minutes)
(Conseillé de la sixième à la troisième)
 
Adama, 12 ans, vit dans un village isolé d’Afrique de l’Ouest. Au-delà des falaises, s’étend le Monde des Souffles. Là où règnent les Nassaras. Une nuit, Samba, son frère aîné, disparaît. Adama, bravant l’interdit des anciens, décide de partir à sa recherche. Il entame, avec la détermination sans faille d’un enfant devenant homme, une quête qui va le mener au-delà des mers, au Nord, jusqu’aux lignes de front de la Première Guerre mondiale. Nous sommes en 1916.

Cheval de guerre (2011) de Steven Spielberg (146 minutes)
Adapté du roman War Horse (paru en 1982) de Michael Morpurgo, (auteur britannique de littérature jeunesse)
Avec Jeremy Irvine, Emily Watson, Peter Mullan, David Thewlis.
(Conseillé de la sixième à la troisième)
 
Le jeune Albert vit avec ses parents dans une ferme louée dans le Devon, en Angleterre. Son père achète à prix d'or un magnifique cheval, fasciné par cet animal hors du commun. Mais en ces temps de Première Guerre mondiale, l'animal est vendu à la cavalerie britannique et envoyé au front, il passe donc du champ de labour au champ de bataille. Albert se voit alors obligé de s'engager à son tour, et vit une aventure atypique, côtoyant des soldats au front, il découvre l'horreur de la guerre.

Le Tombeau des lucioles (1988) film d'animation d’Isao Takahata (89 minutes)
Adapté d’une nouvelle partiellement autobiographique La Tombe des Lucioles de Akiyuki Nosaka, parue en 1967.
(Conseillé de la quatrième à la troisième)

La ville de Kobe, au Japon, est en flammes. En ce terrible été 1945, les bombes américaines n'ont laissé aucune maison debout. Seita, un adolescent doit s'occuper de sa petite sœur, Tetsuko, après la mort brutale de leurs parents. Le jeune homme se tourne tout d'abord vers une lointaine tante, qui refuse de s'occuper d'eux, arguant qu'elle ne peut nourrir deux nouvelles bouches. Les deux orphelins s'installent alors dans un bunker désaffecté, illuminé par des milliers de lucioles. Seita entreprend d'aménager les lieux, pour les rendre le plus confortable possible. Cependant, faute de nourriture et d'hygiène, la petite fille s'affaiblit dramatiquement...

Information complémentaire : Journée pédagogique des enseignants

Une journée de formation réalisée en partenariat avec l’ACAP et sur la base du volontariat, ouverte exclusivement aux enseignants du primaire. Parmi les thématiques traitées, il s’agira d’apprendre à explorer l’image comme support d’élaboration du langage, et ainsi l’utiliser comme levier pour permettre aux enfants de verbaliser leurs perceptions ressenties et construire le sens. Cette formation donnera aux enseignants des clés pour accompagner l’élève dans ses découvertes et compréhension du monde dans la dimension narrative.

Les séances des lycéens

Au revoir là-haut (2017) d’Albert Dupontel (115 minutes)
Adapté du roman éponyme de Pierre Lemaître, paru en 2013.
Avec Albert Dupontel, Nahuel Perez Biscayart, Laurent Lafitte, Niels Arestrup.
 
En novembre 1919, à l'issue de la Première Guerre mondiale, deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire.

La Grande Illusion (1936) de Jean Renoir (114 minutes)
Avec Jean Gabin, Pierre Fresnay, Erich Von Stroheim.
 
En 1916, deux aviateurs français sont détenus dans une forteresse allemande. Ils entretiennent des rapports très courtois avec l'officier commandant de la place. Malgré ce respect mutuel, la guerre leur imposera sa triste réalité.

La chambre des officiers (2001), de François Dupeyron (127 minutes)
Adapté du roman éponyme de Marc Dugain, paru en 1998.
Avec Eric Caravaca, Denis Podalydès, André Dussollier.

En 1914, sur un quai de gare, les soldats partent en fanfare sur le front. Parmi eux, Adrien, un jeune officier. Quelques jours plus tard, il tombe sur le champ de bataille, blessé par un obus. Un long trajet cahoteux le conduit en camion à l'hôpital du Val-de-Grâce, où on le place dans la «chambre des officiers». Grièvement blessé au visage, Adrien réalise, lorsqu'il reprend connaissance, qu'il n'a plus ni dents ni palais. Bientôt, d'autres officiers arrivent, blessés eux aussi au visage…

Dans le cadre du festival Grand Public, 2 soirées spéciales de projection au Théâtre Impérial

Les Gardiennes (2017) de Xavier Beauvois (135 minutes)
Prix d’entrée : 5 euros/élève.
Réservations  auprès d’Aurélie Hésèque.
 
D'après le roman Les Gardiennes d'Ernest Pérochon, paru en 1924.
Avec Natalie Baye, Cyril Descours, Laura Smet.
 
L’action prend place en 1915 dans la campagne française, tandis que les hommes meurent au front, que les femmes et les vieillards font tourner les fermes. Hortense est de celle-ci, pour qui l’aide de sa fille Solange ne suffit pas, de sorte que la jeune Francine, orpheline, est embauchée comme fille de ferme pour aider les deux femmes.

Frantz (2016) de François Ozon (113 minutes)
Prix d’entrée : 5 euros/élève.
Réservations auprès d’Aurélie Hésèque.
 
Inspiré de la pièce de théâtre L'Homme que j'ai tué, de Maurice Rostand, parue en 1930.
Avec Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner.
 
En Allemagne, après l'armistice de 1918. Tous les jours, Anna va fleurir la tombe de Frantz, son fiancé mort dans les tranchées de la Somme. C'est alors qu'elle surprend Adrien, un jeune Français venu se recueillir. Il finit par se présenter et dit à la jeune femme qu'il était ami avec Frantz. D'abord réticents à le recevoir chez eux, les parents de Frantz l'invitent à dîner et finissent par apprécier la présence du jeune homme. Pendant ce temps, Kreutz, un nationaliste qui voudrait épouser Anna, voit d'un mauvais œil l'arrivée de cet ancien ennemi.


Cette programmation reste soumise à une réserve définitive des droits de diffusion

© Compiègne - Festival du Film de Compiègne
Grand public - Jeune public - Plein air - Infos pratiques - Publications - Comité d'organisation - Contacts - Facebook